Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre

compteur

7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 21:41

561571_357638490980220_1028217626_n-copie-1.jpg

 

Tu m’accompagnais à la naissance

Le cordon me retenait prisonnière

La Césarienne était ma seule chance

Mais le gynécologue n’a pas jugé bon de la faire…

 

Après de longues heures de travail pour maman

Après de longues heures de souffrances, de douleur

« Bébé Muriel » sorti enfin sans cri, sans hurlement

Privée d’oxygène pendant des heures …

 

Bébé allait-il vivre ou mourir ?

Se battrait-il pour défier la mort ?

Dieu lui avait préparé un avenir

Alors « bébé Muriel » a décidé de son sort…

 

« Bébé Muriel » est une femme spéciale  

Avec les désagréments d’un handicap au quotidien

Elle l’a apprivoisé … Pas le choix, elle ne le vit pas si mal

Son handicap n’est  contagieux en rien…

 

                                                   Muriel Deconinck

                                                   Le 7 septembre2012

Repost 0
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 00:21



J'suis seul(e)


Pour personne, je n’ai d’intérêt
Le téléphone ne retentit jamais,
Les autres, qu’ont-ils de plus que moi,
J’suis quelqu’un, j’suis là !
J’existe et personne ne me voit…
J’suis seule dans mon appartement,
J’essaye de tuer le temps,
Je parcours les magasins,
Et comme d’habitude, je ne rentre avec rien.
Je pianote derrière mon ordinateur,
Je cherche peut-être l’âme sœur ?
Je cherche quelqu’un, un mari, j’peux …
C’est mon droit, pourquoi j’peux pas être deux ?
Il paraît que ça se trouve aussi sur le virtuel !
Je reste là, des heures à croire à une rencontre éventuelle
J’tombe sur des abrutis, des hurluberlus,
Ils pensent qu’au e, ils sont obtus…
Moi je veux de l’amour véritable,
Pour moi, c’est l’adéquation inévitable.
Je suis peut-être vieux jeu.
Je ne peux me tromper, trop grand est l’enjeu !
Il est quatre heures du matin
J’vais coucher, j’suis d’humeur chagrin…
J’m’endors comme toujours en sanglots,
En écoutant une chanson à la radio.
Voilà le résumé de ma vie,
Je la donne à qui l’envie !
Des amateurs dans l’assistance ?
Je comprends votre abstinence…

J’suis là, j’existe…. Quelqu’un peut m’entendre ?
J’en peux plus d’être seule, j’en ai marre d’attendre…
J’suis pas faite pour le bonheur,
Ma vie me fait horreur….

                                        Ecrit le 13 février 2007




Réflexion.

Ci-dessus, une caricature
Au lieu de s'écouter, ne pas tomber dans une sombre introspection.
Au lieu de se plaindre, il est préférable de tenter d’avoir un regard objectif de sa situation.
Refuser de se prendre pour « caliméro » malgré notre « raz le bol » de la vie.
Du genre : Personne ne me comprend, ne m'aime, ne souffre comme moi, maintenant c'est trop... injuste….

L’eau alimente le moulin
Le vent alimente l'éolienne
La parole de Dieu alimente votre force.


Dieu nous aime et te dit :

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués de porter un lourd fardeau et je vous donnerai du repos

                                             Matthieu 11.28


JE TENAIS A VOUS DIRE QUE JE N'AVAIS PAS OUBLIE
ET QUE JE VOUS COMPRENAIS....
Repost 0
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 00:12

J'ai eu la chance de visionner une K7 que j'avais enregistrée...

Maldonne : Tout simplement super, vrai ... A voir absolument...

 

Résumé


Une jeune actrice myopathe, héroïne du film "Maldonne" sur le handicap (TF1 le 1er février)
Alice Bromberg, 9 ans, myopathe, en fauteuil depuis sa naissance, est l'héroïne de "Maldonne", un film qui aborde en douceur et avec sensibilité le problème du handicap.

C'est la mère d'Alice, Violaine, ancienne technicienne de télévision, qui a eu l'idée originale de ce film sur le handicap.

"Nous avons voulu faire un film qui soit une comédie sentimentale, où on s'amuse, où on parle du handicap avec une enfant heureuse de vivre, pas du tout un film lourd", souligne Patrice Martineau, le réalisateur.

Jamais larmoyant, le film n'esquive pas cependant les douloureuses difficultés des enfants myopathes.




Repost 0